CloudTrade podcast - Épisode V - Les femmes dans la technologie

/ by
Reading Time: 6 minutes

Le cinquième épisode du podcast CTTV de CloudTrade, dans le cadre des célébrations ici à CloudTrade pour la JIF, Amee Patel, responsable des opérations, s'entretient avec Steve Britton, directeur des ventes, sur les femmes dans la technologie.

Steve : Bonjour, Amee, je suis ravi de vous voir ce matin. Nous sommes ravis de vous recevoir aujourd'hui. Amee, dites simplement aux auditeurs quel est votre rôle chez CloudTrade, votre fonction et ce que vous faites pour l'entreprise.

Amee : Bien sûr. Je suis donc le chef des opérations ici à CloudTrade. J'ai commencé il y a cinq ans et demi maintenant en tant qu'analyste technique dans l'équipe des opérations et depuis, j'ai en quelque sorte gravi les échelons jusqu'au poste de chef des opérations. Ma principale responsabilité est de m'occuper de tous nos clients, à toutes les étapes du cycle de vie. Mon équipe soutient l'équipe des ventes dans les démonstrations et les preuves de concept, jusqu'au lancement des projets et au processus de projet lui-même, puis elle envoie ces clients à notre équipe BAU et s'occupe d'eux au jour le jour. J'en assume la responsabilité globale.

Steve : C'est un énorme niveau de responsabilité et je vous félicite d'avoir gravi tous les échelons. Et cela m'amène au sujet d'aujourd'hui qui est les femmes dans la technologie, puisque c'est la semaine internationale des femmes. À l'époque où vous avez rejoint CloudTrade, vous étiez la seule femme de l'entreprise. Racontez-nous un peu comment c'était à l'époque, d'arriver dans un environnement complètement masculin et d'être la seule femme. Comment avez-vous survécu ?

Amee : C'était intéressant. Je me souviens qu'au cours de mon entretien, le directeur des opérations m'a dit : « Vous serez la seule femme de cette équipe dans l'entreprise, cela vous convient-il ? » Et pour moi, c'était une drôle de question parce que j'ai étudié la physique à l'université, donc j'étais en fait assez habituée à être dans cet environnement, dans un environnement très fortement dominé par les hommes. Malheureusement, les femmes ne sont pas encore très nombreuses à s'intéresser aux matières STEM, ou du moins elles ne l'étaient pas en 2010, c'est-à-dire il y a 11 ans. Mais c'était un environnement dans lequel j'étais habituée à être.

« ...une grande partie de la bataille que j'ai menée consistait à prouver mes capacités techniques. »

Professionnellement, c'était différent de quand j'étais à l'université, quand j'étudiais. Je pense qu'une grande partie de la bataille que j'ai eu était de prouver mes capacités techniques. Et ce que je constate, c'est que ce n'est pas seulement une affaire de femmes. Je pense que c'est quelque chose, surtout dans les rôles techniques, que tout le monde doit prouver. Je ne sais pas exactement pourquoi c'est spécifiquement le cas dans ce secteur, mais je pense qu'il s'agit en grande partie de prouver ses capacités techniques et ses compétences générales, parallèlement.

Steve : D'après mon expérience personnelle, vous n'avez pas besoin de me prouver vos capacités techniques, cela va de soi. Je viens souvent vous voir, comme vous le savez, avec ceci et cela. « Un client a cette demande, comment pouvons-nous la résoudre ? » Et neuf fois sur dix, vous avez la réponse, donc c'est génial. Maintenant, je suis d'accord avec vous.

 « ...les femmes s'impliquent de plus en plus dans des disciplines où historiquement elles n'étaient pas invitées... »

Si l'on considère les matières STEM et l'éducation de base, on constate un changement et les femmes s'impliquent beaucoup plus dans des disciplines auxquelles elles n'étaient pas invitées par le passé, ou dans lesquelles elles ne souhaitaient pas s'impliquer de leur point de vue. Il serait intéressant pour moi et nos auditeurs de savoir si, lorsque nous publions des offres d'emploi et que nous recrutons des gens, vous constatez un changement dans les candidatures que vous recevez ? Y a-t-il plus de femmes qui postulent pour des emplois de programmation, qui historiquement ont été préservés pour les hommes ? Je pense personnellement que cela a changé et j'aimerais connaître votre point de vue.

Amee : Je pense que vous avez raison. Nous voyons certainement plus de candidatures féminines pour les postes que nous annonçons. C'est un combat de longue haleine. Avant, nous n'en voyions pas autant, évidemment.

 « ...nous avons certainement vu une augmentation du nombre de femmes qui postulent à des postes techniques... »

Je recrute depuis cinq ans et demi maintenant et nous avons définitivement vu une augmentation du nombre de femmes qui postulent à des postes techniques au sein de l'équipe des opérations, et je sais que c'est également le cas pour l'équipe de développement. Ils ont augmenté leur personnel féminin au cours des dernières années également. Je pense que les attitudes changent en général. Si vous remontez 50 à 60 ans en arrière, les femmes apprenaient à coudre et à cuisiner à l'école, et à repasser. Personne ne m'a appris à repasser quoi que ce soit, ce dont je suis reconnaissante dans une certaine mesure. Je suis sûre que mon partenaire n'est pas aussi heureux quand je refuse de repasser ses chemises. Je pense que cette attitude a lentement changé au fil des années. Je suis allée dans une école de filles, il n'y a donc jamais eu de séparation entre les matières qui étaient plutôt orientées vers les hommes et celles qui étaient plutôt orientées vers les femmes. Comme c'était une école de filles, on ne nous décourageait pas de suivre des cours ou quelque chose comme ça. Je pense que cela m'a poussée à ne pas avoir peur d'entrer dans ce monde dominé par les hommes.

Steve : Excellent. Si vous regardez l'industrie et si vous regardez la politique, l'inclusion des femmes, à tous les niveaux, en tant que PDG d'entreprise est aujourd'hui monnaie courante. Je pense qu'en général, le marché s'en félicite. Apporter cette diversité dans une entreprise, dans la politique, est très sain. Nous souhaitons la bienvenue aux femmes qui travaillent chez CloudTrade. Elles apportent une contribution très précieuse. J'aimerais connaître votre point de vue sur l'avenir.

 « Combien de femmes travaillent pour l'entreprise maintenant ? »

Combien de femmes travaillent pour l'entreprise maintenant ? Et peut-être pouvez-vous donner un peu de contexte sur les rôles que vous cherchez à remplir. Que font les femmes dans l'entreprise aujourd'hui et quelle est, selon vous, leur contribution par rapport à celle de leurs homologues masculins ?

Amee : C'est intéressant. Nous sommes actuellement à 16 femmes sur 50 employés et je pense que nous en avons quatre dans l'équipe de développement, une dans les ventes, trois dans le marketing et une dans les finances, et puis il y en a beaucoup dans l'équipe des opérations. C'est intéressant. Évidemment, comme vous le savez, j'ai fait ma série de blogs cette semaine, en discutant avec toutes les femmes de notre équipe, et l'une des choses que Rebecca, de notre équipe des ventes, a mentionné, c'est que les femmes ont un certain sens de l'empathie que les hommes n'ont pas nécessairement. Parfois, ce n'est pas qu'il n'existe pas, mais je pense qu'il n'est peut-être pas toujours exprimé de la même manière.

 « Je pense que notre force en tant que femmes est notre empathie... »

Je pense que notre force en tant que femmes est notre empathie, et je pense que cela nous aide à avoir une perspective différente sur les problèmes. Je pense que cela nous donne un regard neuf, une façon différente de voir les choses. Je pense que cela nous aide à voir les choses du point de vue du client lorsque nous les traitons, et je pense que cela nous aide également dans nos compétences en matière de communication et d'organisation, etc. Je pense que cette empathie, cette compréhension de ce que l'on attend des autres, de ce que les autres peuvent ressentir par rapport à ce que l'on fait, nous pousse à faire de notre mieux.

 « ...beaucoup de femmes dans des rôles techniques deviennent souvent ce que l'on appelle la colle  ... »

J'ai regardé une vidéo très intéressante sur YouTube sur la façon dont beaucoup de femmes dans des rôles techniques deviennent souvent ce qu'on appelle « la colle », c'est-à-dire celles qui font la liaison entre les différentes équipes, celles qui parlent aux clients pour recueillir les exigences, et comment cela peut affecter leur progression dans un rôle technique réel, car font-elles le travail technique ou font-elles le travail qui se trouve autour du travail technique afin de le faciliter ? Et c'est quelque chose qui a vraiment résonné en moi parce que, évidemment, surtout dans mon rôle, une grande partie de ce que je fais est le travail de « colle » - faciliter les choses.

 Mais, en particulier chez CloudTrade, je me réjouis de voir que nous avons tant de femmes fantastiques qui ont réussi ici. Et que nous ayons développé cela, parce que je pense vraiment que nous serions une entreprise différente si nous n'avions pas cela.

Steve : Absolument, et comme je l'ai déjà dit, tout le mérite vous revient d'avoir commencé ce voyage, d'avoir été la première femme de l'entreprise, et que notre programme de recrutement et l'inclusion des femmes dans les affaires continuent sans l'ombre d'un doute. Les hommes sont toujours accusés de ne pas être capables de faire plusieurs tâches à la fois.

 « ...nous apprenons beaucoup de nos homologues féminines dans l'entreprise. »

Je suis d'accord avec vous pour dire qu'elles manquent peut-être un peu d'empathie, donc nous apprenons beaucoup de nos homologues féminins dans le monde des affaires. Amee, j'ai été ravi de vous parler aujourd'hui. Merci pour votre temps et j'espère que les auditeurs apprécieront ce dont nous avons parlé et que nous les verrons tous dans le prochain podcast. Merci encore.

Amee : Merci beaucoup, Steve, à plus tard.

Steve : Au revoir.

Amee : Au revoir.