CloudTrade podcast - Épisode I - Automatisation

/ by
Reading Time: 3 minutes

Regardez le podcast ici. si vous préférez lire ce qui a été discuté, poursuivez votre lecture.

 

Rose Massie, Directrice de Marketing en France chez CloudTrade, et Kenza Jamal, journaliste informatique, parlent de l’agenda de l’automatisation. Elles expliquent pourquoi les cadres supérieurs ont un programme d'automatisation et comment surmonter certains des défis qui se posent en matière de traitement des documents.

Kenza : Bienvenue au premier podcast français de CloudTrade, où nous parlons de sujets relatifs à l'industrie. Je suis Kenza Jamal, journaliste informatique, et je parle avec Rose Massie, Directrice de Marketing en France de CloudTrade.

J'aimerais lancer ce podcast en parlant de l'agenda de l'automatisation. C'est un sujet dont nous entendons beaucoup parler de la part de nombreuses entreprises, qui cherchent à voir ce qu'elles peuvent faire pour automatiser les processus commerciaux. Vous êtes impliqué dans le secteur de la saisie des données des comptes fournisseurs et des comptes clients depuis un certain temps. Que veulent les dirigeants d'entreprise de l'automatisation dans le contexte du traitement des documents commerciaux ?

Rose : C'est une question très intéressante. Je pourrais la reformuler de façon très simple : Pourquoi automatiser ? Nous avons tous notre propre compréhension des raisons pour lesquelles nous devrions le faire. En général, il y a trois raisons très prosaïques pour lesquelles les entreprises veulent automatiser :

Tout d'abord, leur système de saisie manuelle des données peut être défaillant ou causer des problèmes. Il se peut qu'ils essaient de saisir des documents manuellement et à l'échelle, alors qu'ils sont trop complexes pour le faire de manière fiable.

Deuxièmement, l'entreprise est en pleine croissance et elle a du mal à adapter ses processus manuels actuels.

Troisièmement, elle peut vouloir automatiser pour des raisons de continuité de l'activité. Le fait d'avoir des processus manuels dans des lieux physiques fixes peut entraîner la perte de services commerciaux, notamment en raison du confinement.

Kenza : Très intéressant. Oui, nous avons tous entendu parler de difficultés, surtout dans le climat actuel. Par exemple, je sais que les salles de courrier physiques ont été fermées. Historiquement, les documents peuvent être externalisés vers différents fournisseurs de capture de données très compétents, mais ce système ne fonctionne pas aujourd'hui. Il est donc logique de passer à des solutions numériques. La technologie existe depuis des années - par exemple le ROC et d'autres technologies qui prétendent pouvoir automatiser des processus commerciaux tels que la réception d'une facture ou d'une commande client. La question est la suivante : "Pourquoi ces technologies ne sont-elles pas à la hauteur aujourd'hui, pourquoi ces entreprises doivent-elles changer ?

Rose : Oui, très bonne question ! Je pense qu'il y a toujours eu un peu de propagande et de désinformation à ce sujet. Historiquement, ces systèmes auxquels vous faites référence, Kenza, n'ont pas essayé d'automatiser de bout en bout. Ces technologies se sont concentrées sur l'amélioration d'étapes manuelles spécifiques dans un processus d'entreprise, laissant souvent d'autres étapes peut-être plus difficiles pour une intervention manuelle. L'automatisation ne consiste pas vraiment à supprimer un peu d'intervention manuelle dans un aspect d'un processus et à laisser les problèmes en place en aval. Non ! Notre système consiste à supprimer tous les processus manuels. Et c'est là que CloudTrade est en tête du monde.

Kenza : Intéressant, donc la solution CloudTrade ne consiste pas seulement à capturer des données à partir de ce document entrant, mais aussi à comprendre le processus commercial de bout en bout. Parlez-moi de l'importance de comprendre le contenu et le contexte des documents. Où les données des documents vont-elles aller ? Des règles commerciales spécifiques sont-elles nécessaires ?

Rose : Absolument. Oui, c'est tout à fait ça. Fournir une solution partielle, qui améliore le traitement manuel d'une partie du processus d'entreprise, ne vous apporte pas l'automatisation. Vous devez comprendre les besoins en données des systèmes récepteurs et ce qu'ils vont faire des données pour que les données du document puissent être préparées, validées, voire complétées par des données supplémentaires, afin que le document soit prêt pour cette automatisation complète sans contact.

Kenza : Fantastique. Merci. J'aimerais poser une dernière petite question. Une chose que j'ai remarquée à propos de CloudTrade, c'est à quel point votre entreprise est passionnée par le fait d'avoir développé une technologie, une plateforme et une méthodologie très différentes de celles des autres acteurs du marché. Savez-vous ce qui a poussé votre PDG, David Cocks, à créer cette nouvelle entreprise il y a dix ans ? Selon vous, quel est le facteur de différenciation du CloudTrade par rapport à toutes les autres technologies qui opèrent dans ce domaine ?

Rose : David travaillait dans l'automatisation des comptes fournisseurs et il était frustré par le fait que l'industrie informatique proposait des solutions qui leur convenaient plutôt que de répondre réellement aux besoins du client. Il dit toujours que si vous donnez aux informaticiens un problème difficile, leur réaction immédiate est de "réduire le champ d'application". C'est pourquoi les solutions classiques de numérisation et de ROC ne sont pas conçues pour l'automatisation. Elles font la moitié de la solution, puis laissent le client finir le travail. David pensait que ce n'était pas suffisant et qu'il était possible de construire une meilleure solution. C'est ainsi que le CloudTrade a vu le jour. J'espère que les gens jetteront un coup d'œil sur notre site web qui explique comment la société a fait ce bond en avant.

Kenza : Absolument Rose, merci beaucoup pour votre temps ce matin. J'apprécie vraiment. C'est le premier d'une série de podcasts que CloudTrade va lancer. J'espère que nos auditeurs ont apprécié ce dont nous avons parlé ce matin. Et je me réjouis de vous parler à nouveau bientôt.

 

Regardez le dernier épisode du podcast dans son intégralité ci-dessous :